inquiétant article du 20/10/2004 sur un laboratoire ayant ressuscité la grippe espagnole (virus H5N1).

Publié le par ryback

Note ryback: Cet article date du 20/10/2004 et je n'ai pas encore pu tout vérifier, néanmoins il provient d'un site que je classe comme sérieux à savoir futura-sciences.

Des chercheurs viennent de redonner ‘vie’ à la terrible Grippe Espagnole au travers de souris infectées. L’intérêt d’une telle expérience consistait à découvrir la face cachée de ce virus… Mission inquiétante, mais réussie !

La 1ère Guerre Mondiale n’a pas été le seul fléau du début du 20e siècle. Les années 1918-1919 furent pire encore en raison d’un virus étrange qui se propageait comme la peste : celui de la Grippe Espagnole. Aucune frontière ne l’arrêtait ! La pandémie fit 20 à 40 millions de morts, les jeunes étant les plus touchés. Des experts estiment que le virus tuait 1% des gens infectés ; par comparaison avec celui de la grippe aviaire qui, même s'il a frappé peu d'individus, en a tué presque 90%...

Yoshihiro Kawaoka, virologiste pour les Universités du Wisconsin et de Tokyo, vient de publier les résultats de son étude dans la revue Nature. A la fin des années 90, à partir d’échantillons prélevés sur des victimes encore bien conservées, des scientifiques étaient parvenus à séquencer une partie des gènes du virus de 1918. Le virologiste, lui, a pu ainsi reconstruire les 2 gènes assurant la synthèse des hémagglutinines et des neuraminidases, puis à les insérer dans le génome d’un Influenza A (l’autre nom du virus de la grippe) actuel bénin.

Il a ensuite infecté des souris avec ce virus modifié. Elles ont très vite présenté des symptômes proches de ceux décrits dans le cas de la Grippe Espagnole : atteintes des poumons et sévères hémorragies. « Ici, nous démontrons que l’hémagglutinine du virus de 1918 confère une pathogénicité plus importante chez les souris que les virus humains récents qui sont par ailleurs non-pathogéniques chez ces hôtes animaux » affirme le scientifique.

Il a en effet découvert que toute la ‘force’ de ce virus est en réalité concentrée sur les hémagglutinines, qui à elles seules, suffisent à rendre les souris malades. Les neuraminidases n'ont en fait qu'un rôle secondaire dans la pathogénicité. Son étude soutient également la thèse d’une origine aviaire de la Grippe Espagnole. Les oiseaux sont bien les réservoirs primaires des virus Influenza de type A, d’où l’inquiétude qui plane actuellement avec la grippe aviaire…

Le risque de la transmission oiseaux-humains

Les antigènes sont un peu comme des clés qui ouvrent des serrures -les récepteurs- sur les cellules. Fort heureusement, les antigènes des variétés aviaires de ces virus ont des récepteurs bien particuliers sur les cellules des oiseaux. Ces récepteurs différent légèrement de ceux que l’on retrouve chez les êtres humains, « ce qui limite la transmission des espèces aviaires à d’autres espèces, y compris les humains, mais pas complètement… » reconnaît Kawaoka.

La preuve, en 1918, ça n’a pas été la règle. Les antigènes du virus ont facilement trouvé les serrures pour infecter les cellules des hommes, et le virus n’avait plus qu’à s’y introduire. « Cela indique qu’il y avait un changement dans la reconnaissance du récepteur après l’introduction des espèces aviaires aux humains. Le virus reconnaissait le récepteur humain même s’il venait d’une espèce aviaire. Voilà pourquoi il se transmettait si facilement aux humains ! » poursuit le chercheur.

L'une de ses découvertes concerne les derniers survivants de cette épidémie : « les gens qui ont été infectés par le virus en 1918 ont encore de nombreux anticorps, même 80 ans plus tard », et leurs défenses immunitaires se sont révélées parfaitement efficaces contre le virus modifié du chercheur ! Autrement dit, ces personnes âgées aujourd’hui survivraient encore à l’épidémie. Et de toute manière, celle-ci serait rapidement maîtrisée car il existe désormais un vaccin. Ce n’est hélas pas le cas pour le virus H5N1 de la grippe.

Source de cet article ici

 

Commenter cet article

Le Drakkar Bleu Noir 16/09/2005 00:16

Bonjour à vous

des choses intéressantes en pdf pour peregrina touque
(attention la résistance est sur les inhibiteurs de la protéine M2 voir p 3 du 1er document )

http://www.bag.admin.ch/infekt/f/FAQ_H5N1_050830.pdf
http://www.ciminfo.org/bulletin/2000-vol1-num9.pdf
http://www.kompendium.ch/Data/fi_f_pdf/fk995812d7-63db-4ad1-88ed-7e6d3b338b54_.pdf
http://www.health.fgov.be/AGP/fr/actualites/PesteAviaire/InfoProfessionnels/tamiflu-notice-FR.pdf

Bonne lecture
Cordialement

ryback 14/09/2005 22:47

Merci de l'attention que vous portez à ce blog et des informations que vous m'avez communiquées. Je vais voir avec un médecin ce qu'il pense vraiment de ce médicament. Bien évidemment il ne s'agit pas ici de déclarer une guerre contre le tamiflu (juste dans le cas où, je précise......)

peregrina touque 14/09/2005 22:24

La revue Prescrire (elle est destinée au médecin)est la seule qui soit indépendante des labos. Voila le résumé a propos du Tamiflu (je n'ai pas pu lire l'article entier car il faut être abonné) :
"Un antiviral sans grand effet sur la grippe, mais source fréquente de troubles digestifs. Le traitement préventif de référence de la grippe est la vaccination. En traitement curatif, les antiviraux actuels ont une balance bénéfices-risques au mieux modeste, et seulement à condition de les utiliser très tôt, ce qui est difficile en pratique."
Interrogez des médecins sur l'efficacité du tamiflu, utilisé depuis plusieurs années sur la grippe ordinaire.
Hier, dans l’émission "le téléphone sonne" sur France Inter (vous pouvez l'écouter sur leur site)une représentante du laboratoire Roche exhortait chacun d’entre nous à avoir du Tamiflu sous la main au cas ou... ce médicament n’étant délivré que sur prescription médicale et non remboursé par la sécurité sociale. Elle est gonflée!
Si ce médicament ne marche pas sur la grippe ordinaire, je ne vois pas comment il pourrait être efficace sur le H5N1.Je crois qu'il ne faut compter que sur la prophylaxie et les mesures d'hygiéne. (je suis infirmiére)
C'est pourquoi il faut que les gens soient informés. Je serais curieuse de connaître le pourcentage de la population qui connait le temps d'incubation de la maladie ou le mode de contagion. C'est en connaissant la maladie que l'on peut lutter contre.
Bravo pour l'énergie consacrée à ce site. Amicalement.

ryback 14/09/2005 19:30

Et bien, il me semble bien que le tamiflu n'est certe pas un remède CONTRE le virus H5N1 mais il en diminue considérablement les effets et la durée. Du moins c'est ce qu'il me semble.

peregrina touque 14/09/2005 13:05

cet article que je connais nous montre que le fameux Tamiflu (oseltamivir) avec lequel le laboratoire Roche est en train de s'enrichir (cf emission le téléphone sonne hier soir sur france inter) n'aurait eu aucune efficacité sur la grippe espagnole (c'est un inhibiteur de la neuraminidase).
Cordialement.