Situation du virus H5N1 en russie.

Publié le par ryback

Depuis que la souche H5N1 du virus (qui peut être mortelle pour les humains) a causé les premiers cas de grippe aviaire en Sibérie à la mi-juillet, les autorités ont pris des mesures pour contenir l'épizootie. Au total, selon le ministère de l'Agriculture, quelque 113 000 oiseaux ont été abattus dans les régions concernées (Novossibirsk, Tyumen, Omsk, Altaï, Kurgan). Des cas ont par ailleurs déjà été enregistrés au Kazakhstan et en Mongolie, deux pays voisins de la Russie sibérienne. Il n'a pas encore été déterminé si, dans toutes ces régions touchées, il s'agit de la souche H5N1.

En Russie même, la grippe, initialement confinée dans des régions isolées et peu habitées de Sibérie, a désormais atteint la région de Tcheliabinsk, grande ville industrielle sur le versant est de l'Oural (et donc, techniquement encore située hors des frontières européennes de la Russie). «Tous les oiseaux malades et infectés ont été détruits», a assuré le ministère de l'Agriculture, tout en ne précisant pas si la souche H5N1 était en cause. Des routes menant à la zone infectée ont été fermées. Par mesure de précaution, de grandes quantités de canards ont de plus été abattues près d'un réservoir de la région de Sverdlovsk, une région frontalière des zones déjà affectées de l'Oural.

Les autorités ne cachent pas leurs craintes de voir le virus s'exporter lorsque, l'été touchant à sa fin, les premiers froids sibériens feront fuir les oiseaux migrateurs vers des zones plus chaudes. C'est-à-dire vers l'Europe, l'Afrique et le Proche-Orient. Les parties européennes de Russie sont beaucoup plus peuplées (et plus agricoles) que les parties orientales, en particulier sibériennes.
 
Si la grippe devait se répandre, elle pourrait se révéler dangereuse même si les conditions générales d'hygiène y sont supposées être meilleures que dans les pays d'Asie où l'épidémie a commencé.

Par précaution, la Commission européenne a d'ores et déjà interdit depuis le 12 août l'importation d'oiseaux vivants et de plumes en provenance de Russie et du Kazakhstan.

Commenter cet article