l'OMS recommande une vigilance accrue

Publié le par ryback

L' organisation mondiale de la santé recommande une vigilance accrue pour contenir l'épidémie de grippe aviaire. Elle n'exclut pas que le virus se répande dans un plus grand nombre de pays.

La récente extension géographique du virus H5N1 est un motif de préoccupation. Elle crée des risques supplémentaires de transmission à l'être humain.Chaque cas humain renforce la possibilité que le virus améliore sa capacité de se transmettre de l'animal à l'être humain. Et l'émergence d'une souche du virus H5N1 se transmettant d'homme à homme marquerait le début d'une pandémie, rappelle l'organisation.
«Une vigilance accrue des cas de maladie respiratoire chez les personnes en contact avec des animaux infectés est aussi recommandée dans les pays où des flambées ont été signalées», ajoute l'organisation.
Selon l'OMS, environ 120 000 oiseaux sont morts ou ont été détruits en Russie et plus de 9000 touchés au Kazakhstan ces dernières semaines.
Pour l'instant on ne signale aucun cas de contamination humaine par le virus H5N1 dans les régions russes et kazakhes touchées par la grippe aviaire.
L'OMS prévient que les cas signalés parmi la volaille en Russie et au Kazakhstan «sont provoqués par un virus qui a démontré de manière répétée sa capacité à traverser la barrière des espèces pour infecter les êtres humains, que ce soit à Hong Kong en 1997 et en 2003 ou en Asie du Sud-Est depuis le début 2004».
«Un risque semblable de contamination de l'être humain existe dans les régions récemment touchées par le virus H5N1», indique l' OMS. La plupart des cas humains recensés sont liés à une exposition directe à de la volaille morte ou malade. Aucun cas n'a été signalé en relation avec la consommation de volaille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article