VACCIN H5N1: Et avec des chenilles, c'est mieux ?

Publié le par ryback

Il semblerait que la science nous réserve bien des surprises: oui, je sais:  le virus provient de la nature, l'oseltamivir également (ce qui entre dans la composition du TAMIFLU) donc me direz vous, la nature va certainement venir à notre aide, non ?????? Peut être avec ce qui suit.........


Un vaccin contre la grippe issu d'une manipulation génétique et fabriqué à l'aide de chenilles au lieu des traditionnels oeufs de poule a été testé pour la première fois avec succès sur l'homme.

Les résultats obtenus ne sont que préliminaires mais ils suggèrent que ce nouveau type de vaccin pourrait être plus rapide et facile à mettre en oeuvre que la méthode classique, et permettre ainsi une réaction plus prompte en cas de pandémie.



Le vaccin expérimental, utilisé dans une étude portant sur 451 adultes lors de la saison grippale 2004-05, a été conçu pour protéger contre trois souches communes du virus. Parmi les participants immunisés par injection d'une forte dose de vaccin, au moins les deux tiers ont présenté une forte réaction immunitaire et aucun n'a contracté la grippe durant cette saison.

Chez ceux qui ont reçu une dose plus faible, plus de la moitié ont également présenté une forte réaction immunitaire et deux ont contracté la grippe. Par comparaison, sept patients ayant reçu un placebo sont tombés malades.

Des études plus approfondies sont nécessaires pour confirmer ces résultats, qui suggèrent que le vaccin fabriqué à l'aide des chenilles pourrait être une piste prometteuse pour prévenir les grippes saisonnières et pandémiques, selon les chercheurs.

Les recherches ont été financées par le fabricant du vaccin, la société Protein Sciences, qui a conçu l'étude avec le principal auteur des travaux, le Dr John Treanor, un expert de l'université Rochester dans l'Etat de New York.

La méthode expérimentale utilise des chenilles vulnérables à un virus des insectes. Les scientifiques remplacent un gène de ce virus par un gène du virus de la grippe, puis injecte le germe dans la chenille, où se multiplie le virus de la grippe.

Le processus prend un mois de moins qu'avec les oeufs et n'implique pas d'utiliser le virus de la grippe vivant, qui peut infecter des employés lors du processus de production, précise le Dr Treanor.

source complète: yahoo info

Note: Alors ? surprenant ?


Commenter cet article