Le Dr NABARRO lance un plan de 990 millions d'euros contre la grippe aviaire.

Publié le par ryback

Le Dr David Nabarro, coordonnateur spécial pour le virus de la grippe aviaire de l'Organisation des Nations unies, a présenté mardi dernier un nouveau plan d'actions pour la lutte contre ce virus dont le coût est estimé à 1,3 milliard de dollars, soit 990 millions d'euros, sur trois ans.


En effet, si des progrès, selon l'ONU, ont été réalisés dans la lutte contre la souche mortelle H5N1 du virus de la grippe aviaire, 1,3 milliards de dollars sont encore nécessaires alors que le virus menace toujours des régions qui ont peu de moyens de lutte comme l'Afrique, a déclaré mardi le coordinateur de l'ONU.



Le programme de cette nouvelle étape pour la lutte contre l'épidémie de grippe aviaire devrait être approuvé au cours de la conférence internationale qui se tiendra le 6 décembre sur ce sujet prochain au Mali. C'est à cette occasion que les pays donateurs devraient annoncer le montant de leurs cotisations financières.

Ce plan nouveau plan de lutte contre le virus de la grippe aviaire de l'ONU propose une liste de mesures concrètes telles que la localisation et la liquidation des foyers de grippe aviaire, le respect strict du régime de quarantaine ou encore l'information de la population. Un volet est consacré à la prévention de la maladie parmi les populations.

« Cette année, des efforts sans précédent ont été déployés pour stopper la propagation de la grippe aviaire, mais la maladie continue d'avancer », a reconnu le Dr Nabarro. En effet, si « beaucoup a été fait » pour stopper le virus H5N1 d la grippe aviaire, « particulièrement en Asie de sud-est, en extrême orient et en Europe durant les derniers mois », selon David Nabarro, il n'en reste pas moins que « le danger » est « toujours bien présent ».


Note ryback: Le docteur David NABARRO est une personne très impliquée depuis longue date dans la lutte contre le virus H5N1. Voici quelques articles tirés du blog sur son action: ICI, LA, .

Le financement des pays riches au profit des pays pauvres dans le cadre d'une lutte contre le virus est obligatoire. Il suffit pour s'en convaincre de voir combien a couté la dernière crise aviaire en France en prenant en compte tout son impact (vente de volailles en baisse, exportation bloquée, suppression d'emploi, manque de confiance du consommateur et les divers dédomagements)

source: actualites news environnement

Commenter cet article