La grippe aviaire continue son évolution dans les pays africains.

Publié le par ryback

Lentement mais sûrement, la grippe aviaire continue son évolution dans les pays africains. Huit pays du continent sept 7 décès. Malgré l'accalmie observée, ces derniers temps, dans les médias, la menace d'une pandémie demeure.


Le constat a été fait hier au Centre Pasteur du Cameroun (CPC), lors de la cérémonie d'ouverture du séminaire de formation sur l'épidémio-surveillance et le diagnostic de la grippe aviaire.

Co-présidée par les ministres de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales, Aboubakari Sarki, et de la Santé publique, Urbain Olanguena Awono, cette formation s'adresse aux personnels des laboratoires vétérinaires et médicaux des pays africains.

" Nous devons renforcer nos capacités en matière de surveillance épidémiologique, de détection précoce de la maladie et de riposte. Ainsi, les laboratoires de santé vétérinaire et humaine sont-ils au centre de notre dispositif "

a déclaré Urbain Olanguena Awono pour justifier le choix de cette cible. Pour le Dr Roger Pelle de l'Institut international de recherche sur l'élevage de Nairobi, il s'agit également de
" faciliter la coopération entre le personnel de la santé humaine et leurs collègues vétérinaires "


Tous les pays d'Afrique centrale, ainsi que le Bénin, les Comores et Djibouti sont concernés par ce séminaire qui s'achève le 1er décembre prochain.

La trentaine de participants sera formée par des experts venus de l'Union européenne. Ils seront ainsi documentés sur la biosécurité du personnel en cas de crise, sur les modes de manipulation du virus, le prélèvement et le transport des spécimens vers des laboratoires de recherche.

" Il ne faut pas attendre d'avoir un cas d'épidémie pour réagir. D'ailleurs, c'est une période à risques actuellement car c'est le moment où les oiseaux qui partent d'Asie survolent nos frontières " explique le Dr Roger Pelle.

Développé par le Bureau interafricain des ressources animales de l'Union Africaine et le Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le projet de formation qui se tient au CPC est financé par la coopération allemande GTZ.

Il intervient dans le cadre des modules conduits sur trois sites en Afrique. Après Yaoundé, un second atelier se tiendra en décembre prochain à Nairobi au Kenya et à Dakar en janvier 2007.

Pour le Ministre de la santé et le directeur du CPC, Jocelyne Thonnon, le choix de la capitale camerounaise est la récompense des efforts du pays dans la lutte contre la grippe aviaire et la reconnaissance du Centre pasteur comme une référence pour la détection du virus H5N1.

Au Cameroun, les foyers d'épizootie découverts dans les trois provinces du Septentrion sont pour le moment sous contrôle.
source: allafrica.com

Note ryback: La GTZ est un service de coopération allemand  concernant le développement des pays pauvres. S'inscrit dans leur travail la lutte contre le VIH et l' approvisionnement en eau potable.

Publié dans H5N1 EN AFRIQUE

Commenter cet article