L' évolution des virus influenza peut être expliquée par une nouvelle théorie.

Publié le par ryback

L'évolution du virus de l'influenza n'est pas graduelle, selon une étude Par Helen Branswell, Canadian 

L'évolution des virus de l'influenza ne serait pas graduelle, indique une nouvelle étude effectuée par des chercheurs américains.

Cette évolution se ferait plutôt par à-coups, soutiennent-ils.

Par exemple, le H3N2, l'un des deux virus de l'influenza A qui infectent les humains, pourrait connaître une période d'accalmie pendant que l'autre, le H1N1, évolue rapidement pour tenter d'échapper au système immunitaire. Eventuellement, le H3N2 serait poussé par la compétition à une nouvelle période d'évolution rapide pendant que l'évolution du second virus ralentirait.

Si cette théorie est confirmée par d'autres chercheurs, les spécialistes obtiendront vraisemblablement de nouvelles indications pour la fabrication de vaccins annuels contre l'influenza qui viseraient spécifiquement la souche en pleine évolution, en particulier en ce qui regarde l'apparition d'une nouvelle souche H3N2, soit celle des deux qui cause les infections les plus graves.

Selon David Lipman, principal auteur de la recherche, publiée dans l'édition en ligne de la revue Biology Direct, ces travaux pourraient également aider les experts à prévoir si l'évolution du virus de la grippe aviaire, le H5N1, représente un risque direct et immédiat pour les populations humaines.

(..........)

Pour Joshua Plotkin, chercheur de Harvard spécialisé en évolution moléculaire, l'étude effectuée par M. Lipman représente "une utilisation formidable" des données issues du Projet de séquençage génomique. M. Plotkin ajoute cependant que ces travaux ne remettent pas en question les dogmes en matière de connaissances sur les virus.

Un autre chercheur, Ron Fouchier, un virologue de l'Université Erasmus de Rotterdam, a estimé que l'étude de M. Lipman n'était peut-être pas représentative de tous les virus de l'influenza à travers le monde.

M. Lipman et son équipe ont étudié les données sur un millier de virus, mais tous provenaient de la Nouvelle-Zélande et de l'Etat de New York.

source complète: canada.com

Note ryback: L'information la plus intéressante pour moi est que cette théorie peut aider les chercheurs à prévoir si les souches de H5N1 ayant contaminé l'homme représentent un risque immédiat de contagion.... Et ce serait déjà pas mal...... 


Commenter cet article