H5N1 : le gouvernement éduque les médias !

Publié le par ryback

Voici un article sur une réalité dont les aboutissants restent à expliquer. La liberté de la presse pour moi, cela veut dire que les journalistes font leur travail en leur âme et conscience et que personne ne peut justement venir les influencer. La liberté de la presse et la liberté de penser, ca va ensemble non ?


La communication de crise a ses raisons, que l'indépendance journalistique ignore. Ce 20 octobre, un groupe de travail baptisé « Médias et pandémie Aviaire » s'est réuni pour la première fois, à l'initiative du ministère de la Santé. Dirigeants de l'audiovisuel et représentants des autorités sanitaires tentent d'anticiper leur posture respective en cas d'alerte rouge au virus H5N1, un seuil jamais atteint à ce jour.

Inédit, ce partenariat invite les télés à ne pas verser dans le catastrophisme, déjà observé en février dernier.

Les pouvoirs publics, cafouillant dans leur gestion médiatique de la crise, cherchent eux aussi à s'amender.

Aux uns d'égrener les questions éventuellement piégeuses de leurs reporters, aux autres de cogiter sur les réponses institutionnellement correctes à y apporter. Habituel aux Etats-Unis, ce contrôle de l'info fait ici débat.

 « A chaque crise de santé publique, les gouvernements, de droite comme de gauche, veulent nous cadrer un maximum, estime Marc Dana, journaliste chargé des dossiers « épidémies » à France 3. La grippe aviaire est une bombe sanitaire, mais aussi électorale et économique. » Et l'intention de l'Etat est qu'elle n'explose pas. Au nouveau groupe de travail de s'y employer. D'ici quelques semaines, un vade-mecum listant questions potentielles des journalistes et réponses savamment calibrées des institutions sera distribué dans les rédactions. Lesquelles sont, depuis un an, régulièrement informées par les autorités des évolutions mondiales de la grippe du poulet.

 « Qu'on nous propose un socle de connaissances est très utile, ça nous évitera la panique le moment venu, estime Sophie Guillaumin, journaliste chargée des questions de santé à France 3. Mais nous resterons toujours libres d'interviewer qui on veut et de garder un esprit critique sur ce que le gouvernement nous livre. »

Et le ministère de la Santé de répliquer, « nous voulons juste éduquer les médias aux aspects techniques du dossier. Il ne s'agit pas de verrouiller l'info, mais de donner aux reporters les outils pour ne pas dire n'importe quoi. » Un point de vue partagé par le CSA, qui supervise ce dispositif.

Note ryback: Nous sommes en démocratie et ça se voit !!!!!!

source article: 20 minutes

Commenter cet article

niceam 26/10/2006 22:19

Je trouve la position du gouvernement assez surréaliste ! L'OMS a prévu un cadre de communication, très bien étudié, pour aider les pays à gèrer  la grippe aviaire., entre autres d'informer régulièrement, de demander aux gens de se préparer etc... C'est d'ailleurs ce qui se passe aux Etats Unis... Il y a des réunions dans chaque Etat. Ici en Europe, il n'y a aucune cohésion, chacun fait ce qu'il veut dans son petit coin (pas grand chose en fait), et tremble comme une feuille, non pas à la crainte d'une épidémie, mais à la crainte d'annoncer de mauvaises nouvelles en période d'élections.Nouvelles de plus en plus difficiles à annoncer parce qu'on part de zéro (et je suis gentille, ce serait plutot de -10) - pourquoi après la crise du printemps ne pas avoir continué à communiquer ? pourquoi ce grand silence qui fait que le jour où il faudra informer, ce sera la pagaille ? museler les journalistes ? la belle méthode que voila !

azerty 26/10/2006 18:22

Je vois que tout le monde est OK sur ce thème. En France, on ne manipule pas la presse mais on peut lui demander de fournir une information vrai sans tomber dans le catastrophisme.

bernard 26/10/2006 17:56

Je ne crois pas que le problème de cet article soit que le gouvernement travaille avec la presse mais plutot comment le gouvernement foudrait que la presse travaille avec lui en informant d'une certaine façon le lecteur qui lui n'est pas du tout informé.
Cela ressemble plus il est vrai à une modélisation de l'information pour qu'elle soit limpide, claire et surtout dans le sens de la volonté publique et cela présente à mon avis un problème important: C'est celui de la crédibilité de l'information et non pas de la presse.
Mais rassurez vous, la presse est autonome et ne sera jamais manipulée !
Merci de vos prises d'opinion car c'est comme cela que les débats naissent et font taches.
 

ryback 26/10/2006 18:07

Bonjour bernard.
Comme vous l'avez bien compris, le but de cet article est bien de démontrer que nous pouvons avoir une analyse fiable du virus H5N1 directement par une information journalistique. La preuve: les grands quotidiens nationaux ont déjà des  journalistes qui connaissent parfaitement le sujet.
Il me semble que la démarche gouvernementale s'inscrit plus dans un suivi de cette actualité pour éviter toutes interprétations trop "pessimistes" voir "alarmantes".
Néanmoins, le rôle de la presse est d'informer et les journalistes font du très bon travail.
Si dérapages il y a eu pour la grippe aviaire en France, c'est justement parce que personne n'était informé sur ce virus. Au jour d'aujourd'hui, la presse détient assez d'information pour rassurer et informer le citoyen.
 

franck 26/10/2006 14:04

je suis pas d\\\'accord avec votre analyse, pourquoi trouvez vous ca mal d\\\'anticiper en informant les médias ? trouvez vous que ce soit un sujet simple la grippe aviaire ? moi je trouve pas y\\\'a plein de terme technique on confond tout, ce cerait bien justement que le gouvernement travaille en amont avec les médias pour parler avec les memes mots,
je vois vraiment pas en quoi cela remet en cause la liberté de penser, les journalistes seront libres de penser, mais avec des elements scientifiques fiables au moins

ryback 26/10/2006 15:32

Aux uns d'égrener les questions éventuellement piégeuses de leurs reporters, aux autres de cogiter sur les réponses institutionnellement correctes à y apporter. Habituel aux Etats-Unis, ce contrôle de l'info fait ici débat.
""""" C'est celà que je dénonce car une presse aseptisée ne m'intéresse pas, il est bon que les gens pensent par eux mêmes. Concernant la documentation et les informations liées à ce virus, les salles de presses ont déjà anticipé......... """""

franck 26/10/2006 14:03

je suis pas d'accord avec votre analyse, pourquoi trouvez vous ca mal d'anticiper en informant les médias ? trouvez vous que ce soit un sujet simple la grippe aviaire ? moi je trouve pas y'a plein de terme technique on confond tout, ce cerait bien justement que le gouvernement travaille en amont avec les médias pour parler avec les memes mots,
je vois vraiment pas en quoi cela remet en cause la liberté de penser, les journalistes seront libres de penser, mais avec des elements scientifiques fiables au moins