Création d'un Comité d'initiative et de vigilance sur la grippe aviaire.

Publié le par ryback

Cette mise en place a été souhaitée par Jacques Chirac, et voulue par de nombreux professionnels de la santé mais aussi par les parlementaires de la mission d'information sur la grippe aviaire.

( ..........)

Aujourd'hui, nous avons ainsi en stock 250 millions de masques à destination des professionnels de santé, nous avons 815 millions de masques antiprojections. Et nous avons 15,5 millions de traitements antiviraux. Nous avons aussi voulu former les professionnels de santé. Mais cela ne suffit pas. Il y a un autre volet, qui n'est pas seulement une affaire de santé mais un sujet de société.

Si nous avons une épidémie, cela nous concernera tous, dans nos gestes quotidiens. L'enjeu est de maintenir la cohésion sociale. Déjà, nous avons tenu une réunion «éthique et pandémie aviaire», le 15 septembre. Je me suis entouré d'experts en sciences humaines pour élargir la réponse. On travaille, par exemple, sur la cape en plastique anti-H5N1 que l'écrivain, Fred Vargas nous avait proposée ( Libération du 6 avril 2006).

Et nous créons un comité dont le but sera d'évaluer et de soutenir toutes les actions qui pourraient améliorer la mobilisation citoyenne.

Ce comité sera présidé par Xavier Emmanuelli, fondateur du Samu Social. Et sera composé de professionnels de santé, d'enseignants, de membres de la sécurité civile, de journalistes, de représentants des cultes, etc.

N'oublions pas que si la pandémie est forte, c'est toute la vie sociale qui pourrait être mise à mal. Ce comité va donc réfléchir sur la façon de maintenir une vie ordinaire dans une situation extraordinaire.

Par exemple comment anticiper les réactions immédiates à l'annonce d'un plan ? Comment organiser le quotidien ? Comment faire fonctionner au mieux les libertés individuelles et les impératifs de la santé publique ?

En tout cas, les recommandations du comité seront mises en oeuvre. Alors que nous disposons de stocks suffisants de masques et de médicaments, je ne veux pas que la mobilisation citoyenne reste en retrait.

source complète: liberation

 

Commenter cet article