transport en avion et virus grippaux.

Publié le par ryback

Les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis et la baisse des vols qui en a découlé a permis à des épidémiologistes de vérifier en grandeur réelle une idée généralement testée avec des modèles informatiques. La baisse du trafic a ralenti la progression de l’épidémie saisonnière de grippe.

En prenant l’avion une personne infectée fait voyager le virus d’un point à autre tout en lui offrant un lieu propice à la transmission : la cabine de l’avion. Envisager des restrictions du trafic aérien en cas de pandémie de grippe seraient utiles, selon John Browstein et ses collègues, qui publient leur étude dans les PLoS Medicine.

En étudiant les statistiques de grippe entre 1996 et 2005 et en les croisant avec des estimations du trafic aérien pour la même période, les chercheurs ont constaté que la baisse de 27% du nombre de passagers sur les vols internationaux après les attentats du World Trade Center avait repoussé de deux semaines l’arrivée de la grippe saisonnière. Sur les vols intérieurs, la diminution du nombre de passagers s’est accompagnée d’un ralentissement de l’épidémie, qui a mis 16 jours de plus que les autres années à s’étendre à tout le pays.

Note ryback: Dans le cas d'une pandémie il sera bien évident que les transports en communs seront stoppés, il en sera probablement de même pour les avions ( mais de toute manière qui prendra l'avion pour voyager dans des pays avec un risque reconnu de grippe pandémique ?)

source complète

Commenter cet article