H5N1: Le Caucase et les Balkans à haut risque.

Publié le par ryback

Le virus mortel H5N1 continue de menacer les hommes, les animaux et les économies d’un nombre croissant de pays et ce, en dépit des interventions menées dans plusieurs pays.

La présence de la maladie est confirmée dans quelque 55 pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe (contre 45 en avril dernier).

Néanmoins, selon les rapports de surveillance de la FAO, le taux d’infection parmi les volailles a ralenti dans la plupart des nations, grâce aux programmes et efforts de surveillance des services vétérinaires, et dans certains cas, à la mise en oeuvre de campagnes de vaccination.

Le virus mortel continue de se propager en Asie, en particulier en Indonésie. De nouveaux foyers ont été signalés récemment en Thaïlande et la présence du virus H5N1 a été confirmée dans un élevage commercial de volailles au Laos.

Le virus pose également des problèmes dans certains pays africains, notamment la Côte d’Ivoire et le Nigeria, où le Système de la FAO pour la prévention des maladies transfrontières signale des flambées dans des fermes avicoles proches d’Abeokuta, la capitale de l’Etat d’Ogun, dans le sud-ouest du Nigeria.

Des zones à haut risque

“En Europe, nous estimons que la zone méridionale des Balkans et le Caucase sont une région à haut risque”, a déclaré Juan Lubroth, chef du Système FAO de prévention des maladies animales transfrontières.

“La région constitue non seulement un excellent lieu de repos pour les oiseaux migrateurs, mais la production avicole est surtout caractérisée par des élevages ruraux et familiaux peu concernés par la biosécurité et des inspections rigoureuses. En Roumanie, il est encore trop tôt pour dire si la situation s’est stabilisée”.

source

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article