Le centre de gestion des crises des maladies animales sera opérationnel à la fin du mois à ROME.

Publié le par ryback

Le Département de l'agriculture américain (USDA) doit dépêcher quatre vétérinaires à Rome pour lancer, avec la FAO, un Centre de gestion des crises dues aux maladies animales. Le Centre entamera ses activités avant la fin du mois au siège de la FAO, à Rome.

le Centre fournira des informations et des analyses sur les maladies animales et déploiera des ressources au niveau international pour prévenir et circonscrire les maladies animales dangereuses.

 L'accent sera mis naturellement sur le virus hautement pathogène de l'influenza aviaire H5N1 qui continue à se répandre dans le monde.

Les Etats-Unis doivent verser 1,8 million de dollars à la FAO pour la création du Centre. D'autres contributions sont attendues notamment de l'Allemagne, la France, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

"Tous les pays profiteront des efforts qui seront déployés pour réduire le risque et empêcher l'extension de l'influenza aviaire hautement pathogène H5N1", a déclaré le Secrétaire américain à l'agriculture, M. Mike Johanns.
"La communauté internationale a la responsabilité de fournir l'expertise et les ressources nécessaires, notamment aux pays en développement, pour contrer rapidement et efficacement toute apparition de maladies animales", a-t-il ajouté.

A signaler, enfin, que le Centre de gestion des crises collaborera aussi avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les activités de ce centre sont essentielles et sont les suivantes:

  1. Renforcer les connaissances et la préparation aux situations d'urgence.
  2. Examiner le rôle des oiseaux migrateurs dans la diffusion de la grippe aviaire.
  3. Soutenir les activités relatives à la prise de conscience du risque et à la communication.
  4. Analyser les conséquences sur le double plan social et économique des maladies animales et de la lutte contre ces fléaux.
  5. Renforcer les contrôles sur le terrain, les capacités des laboratoires et la surveillance mondiale de la grippe aviaire ainsi que l'alerte rapide.
  6. Conseiller les gouvernements et renforcer les capacités en matière de contrôle et de lutte.

Note ryback: La création d'une super structure qui prend  en compte les données ci-dessus est intéressante. Les résultats provenant des observations ou des constatations faites feront l'objet de propositions ou de directives aux autres pays ?   

source

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article