La situation en IRAN: Info ou intox ?

Publié le par ryback

Le ministère de la santé Iranien indique hier (samedi) que le pays n'a eu aucun cas humain du virus mortel H5N1, écartant ainsi les rapports effectués par un fonctionnaire de la santé informant que les tests montraient qu'une 3° personne était décédée du virus.

Néanmoins, Un fonctionnaire de la santé a indiqué à Reuters tout en gardant l'anonymat que les premiers tests effectués dans la ville du nord-ouest de Kermanshah ont montré qu'un homme âgé de 30 ans seriat mort mercredi dernier du virus H5N1.

Ce décès serait le 3° après un homme de 41 ans et sa soeur âgée de 26 ans dont les tests initiaux ont démontré une contamination au virus H5N1.

Un parlementaire cité dans le journal d'Etemad-e Melli indique : "les tests préliminaires sur trois membres d'une famille dont les décès sont survenus d'une façon suspecte dans Kermanshah étaient positifs." Ces échantillons ont été alors envoyés à Téhéran où les laboratoires ont ensuite indiqué qu'ils étaient tous négatifs.

Le ministère de la santé indique qu' aucun test n'a donné un résultat positif. Des échantillons  devraient être envoyés à l'étranger pour des vérifications par l'organisation mondiale de la santé (OMS) pour mettre fin à cette polémique.

L'OMS a indiqué jeudi qu' elle avait demandé à l'Iran des détails sur les tests pratiqués sur les deux patients morts de pneumonie que le gouvernement affirme être négatifs pour le virus H5N1.

Les voisins de l'Iran: la Turquie, l' Irak et l' Azerbaïdjan ont rapporté des décès occasionnés par le virus H5N1 ces derniers mois mais Téhéran indique qu'il n'a jusqu'ici décelé aucun cas humain sur son territoire.

L'Iran a informé le monde la première fois en février 2006 sur la présence du virus H5N1 quand ce virus a été trouvé dans des cygnes sauvages.

source

Note ryback: l' IRAN n'est pas du tout un modèle de coopération internationale, j'ai du mal à comprendre les raisons d'un tel montage: Si des cas humains sont actuellement présents dans ce pays, cela risque de faciliter la propagation du virus encore une fois dans les pays limitrophes alors que ces derniers mettent en oeuvre,  même si ce n'est pas suivi du succès espéré, des démarches prévues par l' OMS et la FAO.

Publié dans H5N1 AU MOYEN ORIENT

Commenter cet article