Des virus chimères à l’étude pour vacciner les volailles

Publié le par ryback

Dans les « Proceedings » de l’Académie des sciences américaine, deux équipes proposent des virus chimères pour préparer un vaccin bivalent capable de protéger les poulets à la fois contre la grippe aviaire et contre la maladie de Newcastle. L’administration est oculo-nasale pour l’un, oculaire pour l’autre.

LES VIRUS influenza aviaires des sous-types d’hémagglutinines H5 et H7 et les virus de la maladie de Newcastle (VMN) sont prévalents chez la volaille partout dans le monde.

On connaît le risque particulier inhérent au H5N1 (quarante pays touchés). Les oiseaux vaccinés le sont avec un vaccin élaboré à partir de virus vivants et administré par voie parentérale.

Le travail collaboratif de New-Yorkais et de Grecs (Man-Seong Pärk et coll.) aboutit à une première proposition de vaccin.

En utilisant une méthode de génie génétique inverse, les biologistes ont réalisé deux types d’approche pour obtenir un vaccin bivalent.

D’abord, ils ont construit un virus chimérique de la grippe aviaire ayant comme spécificité d’exprimer une portion de gène du VMN à la place de la protéine de neuraminidase du H5N1 ; il exprime un ectodomaine du gène hémagglutinine-neuraminidase du VMN.

L’autre approche consiste à créer un vaccin fondé sur l’expression d’un ectodomaine d’un virus influenza aviaire H7 sur un fond de virus atténué de VMN.

L’insertion dans le génome du VMN d’un gène étranger ne contenant que l’ectodomaine avec les domaines transmembranaires et cytoplasmique dérivés de la protéine F du VMN a produit un virus chimérique où l’incorporation de la protéine étrangère dans les particules virales est améliorée.

La vaccination de poulets par une administration unique (gouttes oculaires) à l’aide de ce virus prototype a abouti à une protection à 90 % contre le virus H7N7 hautement pathogène, associée à une immunité complète contre un virus VMN très virulent.

Le travail d’une équipe allemande (Jutta Veits et coll.) propose des virus chimères VMN exprimant l’hémagglutinine d’un sous-type H5 du virus de grippe aviaire (H5N2), construits de la même manière par génie génétique inverse. Les virus résultants VMNH5 ont été testés in vitro sur des lignées cellulaires de poulet. Pour l’un d’eux, VMNH5m, le gène modifié d’hémagglutinine est resté stable après dix passages sur des oeufs. L’innocuité des deux préparations a été montrée après des injections intracérébrales à de jeunes poulets.

L’immunisation de poulets avec VMNH5m (instillation oculo-nasale) a induit des anticorps spécifiques et a protégé les animaux contre la maladie clinique après une épreuve à l’aide d’une dose létale de VMN ou de virus de la grippe aviaire. Il n’y a pas d’excrétion virale, soulignent les chercheurs. De plus, l’immunisation contre VMNH5m a permis une discrimination sérologique des poulets vaccinés et des poulets ayant contracté le virus. «Le virus recombinant VMNH5m est adéquat pour préparer un vaccin bivalent contre VMN et le virus de la grippe aviaire», concluent les chercheurs.

source: quotimed

Commenter cet article