Des explications poussées sur la technologie Plasmer de la société AIRINSPACE.

Publié le par ryback

Suite à mon précédant article sur une nouvelle découverte liée à la destruction d' une souche d'influenza H5N2 émanant de la société AIRINSPACE située à MONTIGNY LE BRETONNEUX (78), voici des informations complémentaires sur cette nouvelle technologie de destruction de virus.

Cette technologie est particulièrement simple de mise en oeuvre si l'on en juge par la brochure explicative que vous pourrez consulter en cliquant ici

Il existe même une version de rafraichissement couplée à cette technologie.

On peut trouver des applications dans les domaines suivants:

Réanimation, Soins intensifs, Blocs Opératoires Conventionnels, etc...... J'ajoute mais cela n'engage que moi que ce type de matériel peut trouver sa place dans un appartement ou une maison, en plus de la climatisation, l'élimination des microorganismes dans l'air peut s'avérer être d'une utilité certaine.


La Technologie Plasmer assure une destruction complète du virus de la grippe aviaire ( issue d'une souche H5N2) suite à une étude conduite par l'équipe du CNRS du Professeur Bruno LINA (Laboratoire de Virologie et Pathogenèse virale de l'Université LYON I) qui  a démontré la destruction totale d'un aérosol très fortement concentré d'une souche aviaire du type H5N2.

Cette technique est basée par une élimination des microorganismes dans l'air.

A l'origine utilisée sur la station spatiale internationale, la technologie d'AirInSpace a été adaptée au besoin du secteur médical pour protéger avec succès les patients immunodéprimés victimes de maladies du sang et de cancers (nombreuses références en CHU et à l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris), et pour mettre à niveau les blocs opératoires en terme de qualité de l?air et de lutte contre les infections nosocomiales.

Les tests en laboratoire L3 menés avec succès sur un virus de grippe aviaire par l'équipe du Professeur Bruno Lina confirment la capacité de cette technologie innovante à éradiquer les agents infectieux aéroportés de toute nature (virus, bactéries, spores).

Des expériences antérieures ont déjà été menées avec succès sur le virus de la vaccine (utilisé pour le vaccin anti-variolique) à l'Ecole de Santé Publique d' Harvard aux USA (virus nu extrêmement résistant) et sur le MS2 bactériophage  (Note Ryback: Un bactériophage (ou phage) est un virus n'infectant que des bactéries. On les appelle également virus bactériens. Le MS2 est l'un des plus petits virus connus) à l'Agence de Protection de la Santé de Porton Down en Grande Bretagne.

« Des appareils mobiles utilisant cette technologie se présentent comme des dispositifs intéressants pour gérer efficacement la mise en place de circuits dédiés dans nos hôpitaux pour les patients suspectés d' infection par H5N1 en cas de pandémie, de manière à prévenir les risques de contaminations croisées par rapport à toutes les autres activités de soins » déclare le Professeur Bruno Lina, directeur du Centre National de Référence Influenza région France-sud.


« Au moment ou l'OMS déclare que la menace d?une pandémie grippale justifie de planifier des actions sanitaires à mener, tant au niveau national qu'au niveau local, AirInSpace se réjouit de pouvoir contribuer à la mise en place de solutions performantes et flexibles pour réduire le risque infectieux » dit Laurent Fullana, PDG d'AirInSpace.


Depuis l'an dernier, AirInSpace a initié un projet dans le domaine aéronautique en partenariat avec plusieurs intégrateurs pour équiper des avions commerciaux et des jets privés. Des premiers contacts ont été initiés pour diffuser la technologie dans le domaine des transports terrestres et du résidentiel.

Note ryback: Devant le risque éventuel d'une pandémie, il est fortement envisageable que le risque de propagation du virus pandémique par les moyens de transport de voyageurs qu'ils soient terrestres, aériens ou maritimes  est  reel et quantifiable (voir ici).

De plus, toujours dans le cas éventuel d'une pandémie, il sera certainement impossible que tous les patients puissent être soignés dans les hopitaux en raison du manque de logistique. Et c'est là que ce type de dispositif pourrait jouer un rôle central dans les moyens de lutte contre ce virus par des apports de ce matériel dans des résidences.

Merci à Mme BAYLE pour les informations transmises.

Commenter cet article