Le virus H9N2.

Publié le par ryback


Nous poursuivons des recherches sur le virus H9N2 qui semble lui aussi être un candidat pandémique bien que peu d'informations soient présentes sur lui.

De nouveaux virus d'origine aviaire sont apparus ces dernières années, capables d'infecter l'Homme, sans toutefois provoquer de pandémie.

En 1999, est apparu à Hong Kong, un virus aviaire de type H9 qui a provoqué la mort de nombreux poulets mais qui a également infecté 3 humains.

En 2003, est apparu aux Pays-Bas, un virus aviaire de type H7 qui a touché les élevages de volailles et à probablement infecté 1 000 à 2 000 personnes ; mais il était heureusement peu pathogène (il provoquait essentiellement des conjonctivites) puisqu'un seul décès a été déploré (le vétérinaire chargé de la surveillance des élevages).

Fin 2003, est apparu à Hong Kong le virus H5N1 qui, depuis, a ravagé les élevages de volailles et infecté environ 180 personnes en provoquant le décès de 50% d'entre elles. A ce jour, des cas humains de grippe aviaire H5N1 ont été déclarés au Cambodge, en Chine, en Indonésie, en Irak, en Thaïlande, en Turquie et au Vietnam. Les cas sont observés chez des sujets qui vivent en contacts étroits avec des volailles (éleveurs, marchands, propriétaires de coqs de combat).
source:



Souches "mutantes"

Les chercheurs chinois ont ainsi isolé le sous-type H9N2, très proche de l’influenza responsable de l’épidémie de Hong-Kong de 1997 qui, bien qu’infectant principalement les canards, possède désormais des caractéristiques génétiques qui lui permettraient d’atteindre l’homme.

On pense que ces sous-types hautement pathogènes proviennent de souches d’influenza "mutantes" qui infectaient auparavant d’autres espèces. Notamment les oiseaux, qu’ils déciment avec des taux de mortalité atteignant parfois 100 %.

Les modestes épidémies de grippe "du poulet" enregistrées à Hong-Kong en 1997, puis en Hollande cette année, montrent qu’une transmission des volailles à l’homme est possible.
source:

http://www.transfert.net/Le-canard-pourrait-transmettre-une


Nous rapportons que des virus de la grippe H9N2 établis dans la volaille terrestre en Chine méridionale sont transmis de nouveau aux canards domestiques, dans lesquels les virus produisent des recombinages multiples.

Ces souches de virus H9N2 sont des doubles ou même des triples reassortiments qui ont des signatures d'acides aminés dans leur hemagglutinine indiquant leur potentiel d'infecter directement des humains. Certains d'entre eux contiennent les segments de gène qui sont étroitement liés à ceux d'A/Hong Kong/156/97 (H5N1/97, H5N1) ou d'A/Quail/Hong Kong/G1/97 (G1-like, H9N2).

Certains de leurs gènes internes sont étroitement liés à ceux des virus H5N1 isolés pendant à Hong Kong en 2001.

Cette étude indique une transmission bi-directionnelle des virus de grippe entre les oiseaux terrestres et aquatiques qui facilite une génération de virus recombinés de la grippe H9N2.

De tels reassortiments peuvent directement ou indirectement jouer un rôle dans l'apparition du prochain virus de pandémie.

source traduite par mes soins de :
http://jvi.asm.org/cgi/content/abstract/77/12/6988


souche H9 ayant contaminée un humain:

Influenza A virus (A/HK/2108/2003(H9N2))
Influenza A virus (A/Hong Kong/1073/99(H9N2))
Influenza A virus (A/Hong Kong/1074/99(H9N2))



Hong Kong (Chine) : Absence de preuves concernant la transmission d’homme à homme des virus influenza A aviaires (H9N2) en 1999

Timothy M. Uyeki,* Yu-Hoi Chong,† Jacqueline M. Katz,* Wilina Lim,† Yuk-Yin Ho,† Sophia S. Wang,* Thomas H.F. Tsang,* Winnie Wan-Yee Au,† Shuk-Chi Chan,† Thomas Rowe,* Jean Hu-Primmer,* Jensa C. Bell,* William W. Thompson,* Carolyn Buxton Bridges,* Nancy J. Cox,* Kwok-Hang Mak,† and Keiji Fukuda*
*Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, Georgia, USA; and †Department of Health, Hong Kong Special Administrative Region of China

L’isolement de virus de la grippe A aviaire de type A(H9N2) chez des humains a été confirmé pour la première fois en avril 1999.

Des virus H9N2 ont été isolés dans des prélèvements naso-pharyngiens chez deux enfants hospitalisés à Hong Kong en mars 1999 pour des affections fébriles non compliquées des voies respiratoires supérieures.

 Les virus grippaux émergents sont susceptibles de déclencher des pandémies a l’échelle mondiale s’ils sont suffisamment transmissibles entre humains.

Nous avons mené quatre études rétrospectives sur des cohortes de personnes ayant été exposées à ces deux patients porteurs de H9N2 afin de déterminer s’il y avait eu transmission interhumaine de virus aviaires H9N2.

Les examens sérologiques n’ont pas mis en évidence d’infection à H9N2 dans la famille des enfants infectés ni chez les professionnels de santé qui avaient été en contact étroit avec eux, ce qui permet de penser que ces virus H9N2 ne sont pas facilement transmissibles d’une personne à l’autre.

source:

Note ryback: Comme il est indiqué régulièrement dans les émissions relatives au virus H5N1, il est souvent indiqué que le virus H5N1 n'est qu'un candidat pandémique.
Ces quelques recherches permettent donc de penser que d'autres virus aviaires, moins médiatiques, ont déjà attiré l'attention des chercheurs de part leurs abilités à franchir même avec un faible taux la barrière des espèces.
Les informations ci-dessus laissent à penser que ce sous-type ne présente pas actuellement un danger bien qu'il  peut jouer un rôle dans l'apparition du prochain virus de pandémie, selon certains chercheurs.
 Il est donc à surveiller.

Commenter cet article

isa 03/05/2006 15:21

Merci de ces informations - Bien que ces autres virus soient à surveiller selon les scinetifiques, le H5N1 est bien celui qui fait le plus de victimes à ce jour.