Le BURKINA FASO devient le 5° pays touché par le virus H5N1.

Publié le par ryback

Un foyer de grippe aviaire de sous-type H5N1 a été signalé dans un camping de Gampéla, au Burkina Faso, a annoncé mardi à Paris l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Ce cas de H5N1, le premier confirmé dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, a été signalé dans la province de Kadiogo (centre). Après la mort de 123 pintades, des prélèvements ont été effectués et envoyés dans un laboratoire italien de référence, qui a confirmé le diagnostic, précise l'OIE dont le siège se trouve à Paris.
Le Burkina Faso est le cinquième pays africain où la présence du H5N1 a été confirmée, après le Nigeria, l'Egypte, le Niger et le cameroun.
Source


Quelques infos sur le BURKINA FASO

La radio et la presse:

La plupart des titres et radios privés rencontrent des difficultés financières et matérielles, qui les exposent à la dépendance vis-à-vis du pouvoir politique et des puissances d'argent, ou à une disparition pure et simple. Le manque de professionnalisme des animateurs ou journalistes est aussi patent, d'autant plus que le statut de journaliste n'est pas codifié. L'information traitée par les médias est souvent dépourvue de réflexion critique. Elle est généralement institutionnelle. Il existe une mainmise du pouvoir sur les médias d'Etat. Selon la Ligue pour la défense de la liberté de la presse, la liberté de la presse est relativement assurée au Burkina, mais il existe des entraves sérieuses à son élargissement que sont notamment l'arsenal juridique répressif en matière de délit de presse, ainsi que le manque d'indépendance du Conseil Supérieur de l'Information qui a suspendu des émissions radiophoniques populaires critiques. Quant au Président de la Société des Editeurs Privés, il dénonce l'autocensure des journalistes par crainte du pouvoir.
http://www.etat.sciencespobordeaux.fr/institutionnel/burkina.html


Au regard de ses conditions socio-économiques déplorables, l’Afrique n’est-elle pas une terre propice à la propagation rapide de la grippe aviaire ?

La maladie est mondiale, et les mesures prises pour aider les Etats contaminés seront les mêmes quel que soit le continent. Les bailleurs de fonds sont conscients du risque qu’il pourrait y avoir à laisser le virus se répandre en Afrique de façon incontrôlée. Il y a peu de moyens, certes, mais les bailleurs de fonds sauront répondre à la demande. Mais, compte tenu de la difficulté en Afrique de faire respecter les règles par les commerçants qui déambulent un peu partout, la vitesse de propagation y est plus grande qu’ailleurs.

Mais l’Afrique dispose d’une chance : la chaleur à laquelle le virus ne résiste pas. Lorsque la température atteint 70°C, le virus ne résiste pas une minute. Lorsqu’elle avoisine 42°C à 43°C, le virus ne peut pas dépasser une durée de vie de 40 à 45 mn. Ça veut dire que l’Afrique dispose d’un atout contre la propagation de la maladie. Pendant la période de la chaleur, particulièrement dans les pays sahéliens, le virus peut disparaître.
http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=13190

Note ryback: La chaleur d'un continent pourrait donc ralentir la propagation du virus ? Une piste à suivre......



Publié dans H5N1 EN AFRIQUE

Commenter cet article

pierre 05/04/2006 10:33

Vous avez raison, cet article est une source rassurante pour les lecteurs et les habitants de ce pays. De toute façon, le seul moyen de lutter contre ce virus c'est l'erradication complète des volailles atteintes pour empêcher la propagation du virus.
Néanmoins, pour cela, il faut que les indemnisations soient réalistes et suffisantes pour que tous le monde s'y retrouve.......
Merci pour vos informations.

adaladalana 05/04/2006 09:42

Soyons réaliste, la température de 45° est tout de même rare dans ces régions d'Afrique, et lorsqu'elle est atteinte elle ne dure pas toute la journée.Voir les courbes moyennes de températures à Kayes, Mali, réputée être la ville la plus chaude d'Afrique surhttp://www.weatherbase.com/weather/weather.php3?s=075216&refer=&units=metricLes moyennes des hautes températures par mois atteignent 40°C que 2 mois par an.A Ouagadougou, les moyennes des températures ne dépassent pas 32°C, on est donc bien loin des 45°C qui ralentirai la propagation du virus...http://www.weatherbase.com/weather/weather.php3?s=655030&refer=&units=metricDire que le virus pourrait s'atténuer en Afrique à cause de la chaleur est donc un peu exagéré.