Selon l' OIE, l' épizootie peut désormais se diffuser à l'échelon mondial.

Publié le par ryback

 

 

Bernard Vallat, directeur général de l'organisation mondiale de la santé animale

 

Faut-il parler d'"épizootie" de grippe aviaire due au virus A (H5N1) ou, dès maintenant, évoquer une "panzootie" ?

Nous assistons à une évolution rapide de la situation caractérisée par la transformation progressive d'une épizootie en panzootie. Les derniers enseignements fournis par les spécialistes ne laissent plus place au doute. A l'exception de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui ne semblent pas concernées par les migrations d'oiseaux aquatiques en provenance de zones infectées, le reste du monde est directement exposé. L'épizootie de grippe aviaire peut diffuser désormais à l'échelon mondial.

Le continent américain ne serait donc pas protégé ?

Différentes pistes permettent de redouter la contamination des oiseaux du continent américain. Cette hypothèse doit impérativement être prise en compte par l'ensemble des responsables des organisations nationales et internationales chargées de cette question sanitaire.

Que sait-on du rôle des oiseaux migrateurs dans la dissémination du virus ?

Toutes les données dont nous disposons sont convergentes : seuls les oiseaux aquatiques sont concernés par ce portage. Les oiseaux "terrestres", comme les passereaux ou les colombidés, ne semblent pas a priori pouvoir être touchés.

Pourquoi ?

Il n'est jamais simple de comprendre pourquoi un agent pathogène qui dispose d'un arsenal génétique donné dispose de tel ou tel spectre de pathogénicité. Le virus A (H5N1) a montré qu'il ne pouvait pas infecter le porc et très difficilement les pigeons alors même qu'il pouvait atteindre le tigre et le chat. Si des oiseaux terrestres étaient atteints, nous serions alors dans un contexte nettement plus défavorable et inquiétant. Cela compliquerait notablement les systèmes de confinement des volailles d'élevage que l'on commence à mettre en place et qui visent à prévenir les contacts, directs ou indirects, avec les oiseaux sauvages.

Les professionnels de la filière avicole doivent-ils envisager de vivre durablement avec cette épée de Damoclès virologique ?

Tout le laisse penser. Le virus est désormais présent en Afrique et, de ce point de vue, nous nous installons dans la durée. Tant que nous n'aurons pas accumulé des données scientifiques sur le statut virologique des oiseaux aquatiques et migrateurs sauvages, nous aurons du mal à cibler et à hiérarchiser les actions qui doivent être menées. C'est dire l'urgence qui doit être accordée aux actions scientifiques concernant ces oiseaux, ne serait-ce que pour mieux orienter les politiques de confinement qui pourraient, à l'avenir, être programmées de manière saisonnière plutôt que permanente.

Ces outils de veille épidémiologique n'existent pas aujourd'hui ?

Certains de ces outils existent. En France, il y a le réseau Sagir qui fait que les chasseurs collaborent avec l'Office national de la chasse et participent à l'analyse des cadavres d'animaux sauvages. Mais ces outils n'ont pas été orientés spécifiquement vers le risque de grippe aviaire. L'urgence est donc de les redéployer dans ce sens pour disposer de systèmes d'urgence.

Face à la menace d'une panzootie, pourquoi ne pas recourir au plus vite à la vaccination ?

Cette question est particulièrement importante. Des vaccins inactivés, qui ont fait la preuve de leur efficacité, existent. Mais il faut aussi savoir que la vaccination généralisée impose des contraintes, à commencer par l'immobilisation des oiseaux vaccinés et la nécessité d'une double injection vaccinale, la seconde devant être pratiquée au moins quatre semaines avant la consommation par l'homme de la viande de l'animal.

Plus généralement, et compte tenu de la courte espérance de vie des volailles d'élevage, il importe de prendre en compte les conséquences économiques inhérentes à une telle initiative vaccinale. La vaccination peut a priori être utile dans les pays les plus touchés, mais il faut aussi savoir que cette même vaccination peut n'être qu'une solution d'ultime recours dans les pays qui ne peuvent plus contrôler la situation par les mesures d'abattage et de confinement des élevages.

J'ajoute que le fait de ne pas vacciner permet d'identifier au plus vite l'émergence de l'épizootie et donc de prendre les mesures sanitaires qui s'imposent.

Est-ce à dire que vous n'étiez pas favorable aux mesures de vaccination décidées par la France et les Pays-Bas ?

Au vu des règles sanitaires internationales de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), je ne peux soutenir ces décisions. Si j'avais été, comme il y a quelques années, directeur général de l'alimentation au ministère français de l'agriculture, j'aurais tout fait pour qu'une telle décision ne soit pas prise. J'estime que les pays de l'Union européenne auraient pu faire l'économie d'une telle mesure et attendre. Pour autant, je reconnais que des mesures dérogatoires s'imposaient quant à la vaccination des oiseaux des zoos et des parcs ornithologiques.

La vaccination des oiseaux d'élevage peut-elle poser des problèmes à l'exportation ?

Officiellement, ces problèmes ne surviennent que lorsque la vaccination est mise en oeuvre dans les pays dont la faune domestique est touchée. Mais, en pratique, les choses peuvent être différentes.

Source: http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-685875,36-744766,0.html



Commenter cet article

azerty 05/04/2007 09:23

Nous voyons bien que l'épizootie est en train de s'étendre comme prévu dans les propos tenus par l' OIE..... Et c'est bien inquiétant.

ryback 05/04/2007 18:48

Je dois admettre que cet article peut en effet prendre la forme de la situation actuelle mais nous avons encore de la marge et il nous faut aussi prendre en compte le plan de préparation à la pandémie de l' OMS qui est justement là pour limiter et ralentir l'arrivée d'une pandémie (en attendant le vaccin miracle)
 

Le DRAKKAR BLEU NOIR 24/02/2006 22:17

UNE DECISION POUR BROUILLER  LA COMMUNICATION ? On crève de ces politiciens là ! la transparence n'est-elle pour eux  qu'un reflet de leur propre inexistence?
Le Ministre BUSSEREAU en professionnel de la politique - comme le président les aime - est certainement conscient que cette vaccination va brouiller les cartes
Relevé dans l'interview de B.VALLAT
Face à la menace d'une panzootie, pourquoi ne pas recourir au plus vite à la vaccination ?
 
Cette question est particulièrement importante. Des vaccins inactivés, qui ont fait la preuve de leur efficacité, existent. Mais il faut aussi savoir que la vaccination généralisée impose des contraintes, à commencer par l'immobilisation des oiseaux vaccinés et la nécessité d'une double injection vaccinale, la seconde devant être pratiquée au moins quatre semaines avant la consommation par l'homme de la viande de l'animal.
Plus généralement, et compte tenu de la courte espérance de vie des volailles d'élevage, il importe de prendre en compte les conséquences économiques inhérentes à une telle initiative vaccinale. La vaccination peut a priori être utile dans les pays les plus touchés, mais il faut aussi savoir que cette même vaccination peut n'être qu'une solution d'ultime recours dans les pays qui ne peuvent plus contrôler la situation par les mesures d'abattage et de confinement des élevages.
J'ajoute que le fait de ne pas vacciner permet d'identifier au plus vite l'émergence de l'épizootie et donc de prendre les mesures sanitaires qui s'imposent.
 
Est-ce à dire que vous n'étiez pas favorable aux mesures de vaccination décidées par la France et les Pays-Bas ?
 
Au vu des règles sanitaires internationales de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), je ne peux soutenir ces décisions. Si j'avais été, comme il y a quelques années, directeur général de l'alimentation au ministère français de l'agriculture, j'aurais tout fait pour qu'une telle décision ne soit pas prise. J'estime que les pays de l'Union européenne auraient pu faire l'économie d'une telle mesure et attendre. Pour autant, je reconnais que des mesures dérogatoires s'imposaient quant à la vaccination des oiseaux des zoos et des parcs ornithologiques.
MERCI RYBACK POUR CETTE INFO