OMS: les changements du virus H5N1 peuvent favoriser la contamination des oiseaux

Publié le par ryback


L’OMS a indiqué que la grippe H5N1 a infecté des oiseaux dans 14 pays supplémentaires depuis le début de ce mois [ février 2006 ], et les changements génétiques récents du virus peuvent avoir quelque chose à voir avec sa diffusion rapide dans les oiseaux.

L'agence a indiqué que les pays qui ont rapporté leurs 1ers cas de l'infection H5N1 dans les oiseaux ce mois-ci, sont, dans l'ordre chronologique, l'Irak, le Nigéria, l'Azerbaïdjan, la Bulgarie, la Grèce, l'Italie, la Slovénie, l'Iran, l'Autriche, l'Allemagne, l'Egypte, l'Inde, la France, et la Hongrie.

Les autorités en Hongrie ont confirmé aujourd'hui [ 22 fév. 2006 ] que 3 cygnes morts ont été atteints du virus. Dans un rapport séparé hier [ 21 fév. 2006 ], l'Oms dit, "quelques changements évolutionnaires récents du virus H5N1 semblent avoir rendu des efforts de contrôle plus difficiles et la diffusion internationale du virus aviaire plus probable." Entre autres, déclare l’agence, les virus H5N1 maintenant peuvent infecter plusieurs oiseaux sauvages sans leur nuire, permettant ainsi que l'espèce migratrice porte le virus sur de longues distances. En outre, les virus H5N1 se sont avérés plus tenaces et plus mortels sur les poulets de laboratoire. Les situations des outbreaks dans les 14 pays ont changé presque aussi largement que leur géographie. La plupart des pays européens affectés ont une bonne surveillance vétérinaire et ont trouvé le virus seulement dans quelques oiseaux sauvages, sans l'évidence de la diffusion aux oiseaux domestiques, déclare l’OMS.

À l'autre extrémité du spectre, l’outbreak de l'Irak a été identifiée seulement après qu'une infection humaine mortelle ait été trouvée. Dans les pays tels que l'Azerbaïdjan et l'Egypte, les morts dans la volaille domestique a annoncé la diffusion du virus.

Au Nigéria et en Inde [ index ] les cas ont été trouvés dans les fermes commerciales. Excepté l'Irak, qui a eu 2 cas humains, aucun des pays nouvellement affectés n'a rapporté aucun cas humain.

Cependant, l'Oms a dit dans un autre rapport aujourd'hui [ 22 fév. 2006 ] que 15 patients présentant les signes possibles de la grippe aviaire sont sous observation dans les hôpitaux dans le secteur d’outbreak de l'Inde . Les patients sont bien examinés pour le virus.

En rendant compte de l'évolution du virus H5N1, l’OMS déclare que les virus des manifestations aviaires récentes ont montré "une similitude remarquable" avec ceux trouvées dans les oiseaux migrateurs qui sont morts au lac Qinghai de la Chine à partir d’ avril 2005.

« l’évidence montre que cet événement, qui a eu comme conséquence les morts de plus de 6000 oiseaux sauvages, a signalé un changement important dans le sens que le virus interagit avec son hôte, réservoir naturel,".

Avant l’épidémie du lac Qinghai, le virus a causé seulement quelques décès dispersés parmi les oiseaux aquatiques migrateurs, et les derniers n'ont pas été connus pour porter sur de longues distances le virus pathogène.

Les virus du lac Qinghai dans ont eu une mutation distinctive de point qui a été liée expérimentalement avec une plus grande mortalité les oiseaux et les souris, indique l' OMS.

Les virus des outbreaks récents au Nigéria, en Irak, et en Turquie, aussi bien que les outbreaks plus tôt en Russie, Kazakhstan, et en Mongolie, sont "pratiquement identiques aux virus de lac Qinghai." "on considère peu commun qu’un virus de grippe aviaire demeure si génétiquement stable sur autant de mois," continue le rapport. "Ces éléments soulèvent la possibilité que le virus, sous sa forme fortement pathogène, s'est maintenant adapté au moins à quelques espèces d'oiseaux aquatiques migrateurs et coexiste avec ces oiseaux dans l'équilibre évolutionnaire, ne causant aucun mal apparent, et voyage avec ces oiseaux le long de leurs itinéraires migrateurs. "si davantage de recherches vérifiait cette hypothèse, la réintroduction du virus ou sa diffusion à de nouveaux secteurs géographiques peut être anticipée dès le moment où les oiseaux migrateurs commencent à retourner à leurs secteurs de reproduction."

L'Oms a arrêté d'assigner aux oiseaux migrateurs l'origine principal de la diffusion récente du virus, une notion qui a été controversée.

David Halvorson, DVM, un vétérinaire dans la santé aviaire à l'Université du Minnesota à St Paul, a indiqué qu'aujourd'hui [ 22 fév. 2006 ] ce H5N1 est diffusé probablement par le mouvement de la volaille et par le mouvement des oiseaux sauvages, mais personne n'est absolument sûr. "le fait est nous ne savons pas vraiment pourquoi on le trouve dans tant d'endroits si soudainement," a-t-il dit à CIDRAP News. Halvorson a suggéré que les communications féroviaires puissent jouer un rôle dans la diffusion de H5N1, comme ils ont fait dans le passé avec des outbreaks.

Aux Etats-Unis en 1925, les "gens expédiaient à New York leurs poulets vivants pour les marchés. Alors, des caisses sales et souillées étaient embarquées." Ceci a contribué à la diffusion d'une manifestation aviaire fortement pathogène de la grippe (HPAI). "je pense que le système ferroviaire de transport en Asie convient au modèle temporel et spatial de la distribution de virus commençant en juillet de l'été passé [ 2005 ]," Halvorson a commenté : "pour nous dans l'hémisphère occidental, il serait extrêmement inhabituel que les oiseaux d'eau fassent des milliers de milles en juillet et août, à un moment où ils prennent d'habitude soin de leurs petits."

Aujourd'hui même, il est normal d'embarquer des poulets par chemin de fer dans beaucoup d'endroits. Des oiseaux peuvent également être trouvés sur des autobus et des camions dans les circonstances qui pourraient contribuer à diffuser le virus, a ajouté Halvorson. La plupart des cas d'oiseau trouvés en Europe de l'Ouest ce mois [ février 2006 ] ont été des cygnes sauvages, ce qui a soulevé des questions embarrassantes. Halvorson en a énuméré quelques une dans un mail: "les cygnes sont-ils des espèces d'indicateurs? En d'autres termes, sont-ils détectant (et mourant de) de GA [ grippe aviaire ] dans leur environnement?

Ou la répandent-ils autour? Sont-ils venus du nord ou du sud? Sont ils à la fois une espèce d'indicateur et de propagation?" demande Jean Hars, un épidémiologiste vétérinaire français cité dans un rapport d'Agence France-Presse (AFP) hier [ 21 fév. 2006 ], il a dit que le cygne muet, l'espèce la plus durement touchée en Europe de l'ouest, n'est pas migrateur. Hars dit que quelques cygnes whooper, une espèce migratrice, sur une île allemande en mer Baltique ont été infectés, mais la façon dont ils ont été contaminés est un mystère, parce qu'ils restent dans des régions nordiques, où aucune manifestation H5N1 n'a été rapportée.

En rendant compte de l'évolution du virus, l'Oms a dit que les changements récents n'ont eu aucun effet apparent sur la maladie chez l'homme. "les infections humaines demeurent un événement rare ; le virus ne se diffuse pas facilement des oiseaux aux humains ou aisément entre humains. Comme rapporté ici hier [ 21 fév. 2006 ], l'OMS déclare que sa recherche sur des cas humains en Turquie n'a rapporté aucune évidence que les mutations virales ont changé l'épidémiologie de la maladie chez l'homme. Dans son rapport du 22 fév. 2006 , l'Oms a exprimé des inquiétudes que le virus s’établisse dans les basses-cour, un facteur de risque connu pour les infections H5N1 humaines.

Halvorson a fait écho de cette inquiétude. " il est clair qu’il est dans les oiseaux sauvages, s’ils l’avaient attrapé des poulets ou se sont infectés entre eux. Nous devons séparer la volaille des oiseaux sauvages. C'est essentiel. Dans quelques endroits, ce sera facile. Dans d’autres endroits, ce sera pratiquement impossible."

Merci pour cet article traduit par niceam sur le forum. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Drakkar Bleu Noir 23/02/2006 23:14

Merci  RYBACK et NICEAM pour la communication de cette traduction d'un article quasi document de travail particulièrement riche.