H5N1 dans un élevage de dindes en FRANCE.

Publié le par ryback

Plus sérieux maintenant, le cas H5N1 dans un élevage de dindes dans le département de l' AIN.

Après la confirmation de la souche mortelle H5N1 chez un deuxième canard sauvage retrouvé mort dans l'Ain, maintenant il s'agit de la de grippe aviaire dans un élevage de dindes de ce département: les pouvoirs publics renforcent leur mobilisation.

Dominique de Villepin a annoncé jeudi une aide supplémentaire de 52 millions d'euros pour la filière avicole qui subit la crise de plein fouet, avec une baisse des ventes de volailles de 25 à 30%.

Dans l'Ain, cinq jours après la confirmation du premier cas de H5N1 sur un canard retrouvé mort sur la commune de Joyeux, une forte mortalité a été constatée dans un élevage de plus de 11.000 dindes à moins de trois kilomètres de là, a annoncé le ministère de l'Agriculture dans la matinée.
Si les analyses du Laboratoire de référence de l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) à Ploufragan (Côte-d'Armor) confirment la présence du virus H5N1, ce serait une première en France dans un élevage. Les résultats devraient être connus vendredi.


Une cellule opérationnelle de crise a été mise en place à la préfecture de l'Ain. Les animaux devaient être abattus dans l'après-midi et l'éleveur bénéficiera de l'indemnisation prévue à cet effet.

De source officielle au ministère de l'Intérieur ayant requis l'anonymat, on a évoqué un taux de mortalité de 90% chez les 11.000 gallinacés de l'exploitation avicole. Une zone de protection de trois kilomètres et une zone de surveillance de sept kilomètres ont été établies autour de l'élevage, qui est situé à Versailleux, selon le maire de la commune. La gendarmerie a dressé des barrages, interdisant tout passage.

Parallèlement, un deuxième cas de grippe aviaire en France a été confirmé par des tests effectués sur un canard sauvage retrouvé mort dans l'Ain, a-t-on appris dans la nuit de mercredi à jeudi auprès du ministère de l'Agriculture.

Les tests effectués par l'AFSSA sur le canard, découvert dimanche dans le lac de Bouvent, à Bourg-en-Bresse, ont montré que l'animal était bien porteur de la souche H5N1 du virus. Un périmètre de 10km devait être établi autour du lieu de ramassage de l'animal.

Face à ces nouveaux éléments, les pouvoirs publics ont réagi de plusieurs manières. Dominique de Villepin a annoncé en fin d'après-midi une aide qui sera répartie à hauteur de 20 millions d'euros pour les éleveurs, 30 millions d'euros pour la filière et deux millions d'euros pour la campagne d'information. Elle s'ajoute aux 11 millions d'euros déjà annoncés par le gouvernement.

Source complète de l'article: http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060223.FAP9441.html

Publié dans H5N1 EN EUROPE

Commenter cet article

ryback 24/02/2006 07:18

Oui, c'est totalement vrai mais les symptomes sont mortalité importante, rapidité des cas et ce foyer se situe dans la zone de surveillance suite au premier cas: C'est donc légitime de penser à la grippe aviaire, néanmoins, il est aussi possible de penser à l'empoisonnement qui présente les mêmes symptomes et éventuellement la maladie de newcastle, mais bon, je pense qu'il faut être réaliste sans non plus se voiler la face.....

tao 23/02/2006 22:07

attention ! il n'y a que suspicion pour le moment - résultats demain...