Risque pathogène du virus dans l'environnement.

Publié le par ryback

Les virus aviaires de grippe indiquent des possibilités étonnantes pour garder leur infectiosité dans l'environnement et en particulier dans l'eau extérieure malgré leur morphologie apparemment sensible
(Stallknecht 1990a+b, Lu 2003). Des suspensions de virus dans l'eau restent infectieuses pendant plus de 100 jours à 17°C.

Au-dessous de -50°C le virus peut être stocké indéfiniment. Les données de Ito et autres (1995) et Okazaki et autres (2000) ONT fourni la preuve que dans les régions palearctiques, les virus grippe aviaire sont préservés dans l'eau congelée du lac pendant l'hiver en l'absence de leurs hôtes normaux de migration.

Pendant leur retour pour la reproduction à la saison suivante, des oiseaux de retour ou leur progéniture (susceptible) sont ré-infectés avec des virus libérés au hasard dans l'eau fondue environnementale.

On a présumé que des virus de grippe pouvaient être préservés dans la glace environnementale pendant des périodes prolongées (Smith 2004), et que des virus et des génotypes anciens pourraient être réutilisés à partir de ce réservoir (Rogers 2004).

Merci à ganseerpel de ce travail.

Commenter cet article

ryback 22/02/2006 13:28

Il me semble avoir lu un sujet traitant du permafrost (j'espère que l'orthographe est bonne). Cet article disait que les effets du climat pouvait faire "ressortir" des virus ancien tot ou tard. Mais c'est comme le porc, il détient dans son organisme des virus qui excrète pour des raisons non connues plusieurs années après. L'exemple le plus connu est le cas de H1N1 dans les années 70-80 aux etats unis dans une base de l'armée. la source n'était que le porc, du moins la porcherie située dans les abords de la base.
 

Quebec 22/02/2006 13:17

Avec la fonte progressif des poles, ont imagine  tout ce qui  est gelé a  -50 et qui vas dégelé...Profitez de la vie mes amis.