La France ne serait pas prête contre la grippe aviaire.

Publié le par ryback

AP | 25.01.06 | 19:01

PARIS (AP) --

Si des stocks d'antiviraux et de masques de protection ont déjà été constitués, la France "n'est pas encore prête" pour une pandémie de grippe aviaire, selon un rapport qui sera dévoilé jeudi par la mission d'information parlementaire sur la maladie et dont l'Associated Press a obtenu une copie.

Le rapporteur de la mission, Jean-Pierre Door (UMP), rappelle que "trois raisons au moins justifient de prendre très au sérieux le risque de pandémie": "l'épizootie n'est toujours pas sous contrôle en Asie du Sud-Est; des cas de contamination humaine se sont produits; une fois adapté à l'homme, le virus pourrait avoir acquis une capacité de diffusion rapide".

Actuellement, six pays ont recensé des cas de la souche mortelle H5N1 sur leur territoire: la Turquie, la Roumanie, la Chine, la Russie, la Thaïlande, l'Indonésie, l'Ukraine et le Vietnam. Au moins 82 personnes en sont mortes depuis 2003.

Pour l'heure, "si la contamination humaine reste limitée à un nombre de cas somme toute réduit, comparé aux millions de personnes qui auraient pu être infectées, une épée de Damoclès reste suspendue au-dessus de nos têtes". "Le risque pandémique est, en l'état actuel des connaissances scientifiques et des constats sur le terrain, impossibles à écarter", poursuit le document.

Pour la mission, si des stocks d'antiviraux, d'antibiotiques et de masques de protection ont été constitués, "la France n'est pas encore prête". Ces stocks auraient pour objectif de retarder au maximum la propagation du virus en attendant la mise au point d'un vaccin, qui ne pourra être élaboré qu'à partir de la souche virale responsable de la pandémie. Or, celui-ci ne sera pas disponible avant "au mieux six mois après l'identification de la souche".

En France, il est "apparu qu'un taux de couverture de 25 à 40% de la population nationale devait être l'objectif à atteindre" pour les stocks d'antiviraux, poursuit le rapport. Mardi, le Directeur général de la santé Didier Houssin a affirmé que la France disposait actuellement de 14 millions de traitements.
"Mais, même à ces niveaux, les stocks français ne permettront pas d'assurer un taux de couverture de la population conforme aux objectifs", poursuit la mission. Selon M. Houssin, la réserve française devrait s'accroître au cours de l'année 2006 pour atteindre les 33 millions en 2007.

M. Door, qui plaide pour une diversification des antiviraux utilisables, regrette par ailleurs que le gouvernement n'ait pas "jugé nécessaire, pour le moment, de constituer des stocks de sécurité" pour le traitement des complications de la grippe. Les pouvoirs publics, rappelle-t-il, considèrent que "les stocks actuellement disponibles permettraient de répondre, le cas échéant, aux premiers besoins".

S'agissant des masques de protection, il est prévu d'en acquérir 250 millions, contre 50 millions actuellement. Or, pour les seuls personnels soignants, le nombre estimé de masques nécessaires est de deux millions par jour de pandémie, note la mission. "La question centrale est de savoir comment le gouvernement envisage d'accroître les stocks de masques, aujourd'hui à l'évidence insuffisants".

Enfin, le député rapporte qu'une pénurie des matières premières utilisées pour la fabrication du Tamiflu et des masques risque de se poser à terme. Pour l'antiviral élaboré par le laboratoire suisse Roche, il s'agit de l'acide shikimique, issu de la badiane principalement cultivée en Chine. Mais, dans la mesure où des licences secondaires ont été accordées, le groupe "ne sera plus le seul à vouloir accéder à ce marché".

Dans ses recommandations, la mission préconise de "sécuriser l'approvisionnement en matières premières", d"'envisager la constitution de stocks d'antibiotiques pour soigner les complications de la grippe" et de "s'assurer que les besoins en matériels de protection, autres que les masques (blouses, gants, lunettes) seront satisfaits en cas de forte augmentation de la demande".

Note ryback: Pas bien reluisant ce rapport, de plus je note qu'il provient d'un membre de la majorité actuel, on ne peut donc pas penser qu'il s'agisse d'un coup de politicien. J'espère que les observations découlant de ce rapport seront prises en compte.

source AP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article