MEDICAGO: Immunité de 100 % pour leur vaccin pandémique.

Publié le par ryback

Le 19 octobre 2007, nous avions publié un article sur cette société qui expliquait à l'époque le rôle des particules pseudo-virales dans la lutte contre le virus H5N1. ( article ici)

Voici les suites plutôt intéressantes de ce travail.


Medicago vient d'annoncer que de faibles doses de son vaccin contre la grippe aviaire H5N1 composé de particules pseudo-virales (vaccin VLP H5N1) ont conféré à des souris une protection efficace à 100% contre une exposition mortelle au virus H5N1 vivant.

De plus, cette étude préclinique a démontré que le vaccin de Medicago confère également la capacité de reconnaître et détruire une souche de H5N1 différente de celle utilisée pour concevoir le vaccin.


C'est au Laboratoire P4 Jean Mérieux - Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), un centre de recherche unique à haute sécurité situé à Lyon en France et spécialisé dans l'étude de virus hautement pathogènes, que l'étude a eu lieu.

Note ryback: Le lien est actif, cliquez sur le logo de cette société.

undefined


Plusieurs souris ont reçu des doses différentes du vaccin VLP de la compagnie, élaboré à partir d'une souche
indonésienne de la grippe aviaire H5N1. Les souris ont ensuite subi une épreuve mortelle avec une souche vivante de H5N1 provenant de Turquie. Les résultats démontrent que les souris ayant reçu le vaccin VLP H5N1 de Medicago avaient acquis une pleine immunité contre la maladie et la mort qu'elle entraîne même après avoir reçu la faible dose de 0,5 microgramme.

Au cours de l'étude, 100% des souris vaccinées ont survécu, alors que 60% des souris du groupe contrôle sont mortes. L'étude a été réalisée en collaboration avec le docteur Hervé Raoul, directeur du Laboratoire P4 Jean Mérieux-INSERM, le docteur Vincent Lotteau, immunologiste à INSERM, le professeur Bruno Lina de
l'Université de Lyon et le docteur Eric Quéméneur, responsable du Service de Biochimie et Toxicologie Nucléaire au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA).

Les résultats de cette étude préclinique seront inclus dans une demande d'autorisation pour une étude clinique, que nous prévoyons soumettre au quatrième trimestre de 2008. Les essais chez les humains débuteront dès que nous aurons obtenu l'approbation de Santé Canada a indiqué  M. Andy Sheldon, président et directeur général de Medicago.


Source complète:
Newswire

Commenter cet article