informations sur l'état sanitaire de la province de turquie d'où les premiers cas humains de ce pays ont été découverts.

Publié le par ryback

La grippe aviaire a frappé une zone pauvre de la Turquie aux confins de l'Anatolie orientale, où les habitants vivent au contact des volailles, ce qui rend difficile l'application des mesures de protection.

Le respect des règles d'hygiène est essentiel pour se protéger du dangereux virus, qui a fait deux morts parmi les enfants d'une famille de la localité de Dogubeyazit, située à une trentaine de kilomètres de la frontière iranienne, a mis en garde un responsable du ministère de la Santé, Turan Buzgan.

Or l'Anatolie orientale, étendue sur une vaste superficie, est une des régions les plus pauvres du pays, où les gens vivent littéralement dans la même maison que leurs animaux pour les protéger - notamment la nuit - des hivers redoutables, quand le mercure affiche régulièrement des températures polaires.

Dans le cas des deux adolescents décédés, un frère et une soeur, la famille "vivait dans un même foyer que des poulets malades, les côtoyait et les ont consommés", a déclaré mercredi le ministre de la Santé, Recep Akdag.

Consommer une volaille porteuse du virus n'est pas un vecteur de transmission, mais avoir des contacts avec des animaux infectés, toucher notamment leurs plumes, leurs excréments et leur salive, peut contaminer l'humain, selon les spécialistes.

Les enfants malades n'ont été transportés à l'hôpital de la grande ville de Van, à quelque 150 km au sud, qu'après plusieurs jours de fièvre et de toux, rendant la tâche des médecins encore plus difficile.

Le délai d'incubation du virus est de deux à quatre jours chez l'homme.


Dans les hameaux de l'est anatolien, souvent inaccessibles en hiver en raison d'abondantes chutes de neige, les marchés aux volailles sont encore assez répandus et peuvent propager la maladie.

Nota: Comme on peut le constater, nous avons ici un terreau superbe pour permettre à ce virus de se développer à son aise. Et c'est peut dire. source complète de cet article



Commenter cet article