H5N1: Victime au VIETNAM et en EGYPTE.

Publié le par ryback

Une Egyptienne de 25 ans est morte du virus H5N1 portant à 16 le nombre de personnes ayant succombé à ce virus depuis son apparition en Egypte en février 2006, a annoncé mercredi le porte-parole du ministère de la Santé.

Cette victime, Oula Younes Ali, 25 ans, originaire du gouvernorat de Beni Soueif (126 km au sud du Caire), a été testée positive mardi au virus H5N1et est décédée mardi soir, a annoncé Abdel Rahmane Chahine, cité par l'agence de presse officielle Mena.

Elle avait été hospitalisée vendredi. Elle souffrait d'une forte fièvre, de bronchite et de troubles respiratoires après avoir côtoyé des volailles élevées à domicile présumées atteintes du virus, a-t-il ajouté.

La victime représente le 39ème cas humain infecté recensé depuis l'apparition du virus en Egypte, le 17 février 2006, a précisé M. Chahine.

Les membres de sa famille, tous en contact avec de la volaille contaminée, vont subir des analyses, a-t-il ajouté.

source: 
leréseausantésocial.fr

Concernant le cas vietnamien, il s'agit d' un enfant de 4 ans qui est mort récemment suite au virus H5N1, portant à 5 le nombre des décès dus au virus H5N1 depuis le début de l'année au VIETNAM, a indiqué jeudi un responsable du ministère de la Santé.

"Il a été testé positif (...) au virus H5N1 de la grippe aviaire", a déclaré à l'AFP Tran Hung. "C'est le premier cas humain depuis environ quatre mois au Vietnam", a-t-il précisé.
L'enfant originaire de Moc Chau dans la province septentrionale de Son La avait été admis dans un hôpital local le 11 décembre pour une pneumonie. Il est mort le 16 décembre.
"Ses parents nous ont dit qu'il avait mangé de la viande de poulet et que des volailles mortes avaient été récemment découvertes près de la maison familiale", a ajouté Tran Hung.

Ce nouveau décès porte à 47 le nombre des personnes tuées par la grippe aviaire au Vietnam depuis la réapparition du virus fin 2003 en Asie du Sud-Est.

source:
leréseausantésocial.fr

Note: Sommes nous devant une épidémie silencieuse qui expliquerait la présence de cas humains ici ou là sans signe dans les élevages ou dans la faune ? Merci Anne.


Commenter cet article