Avis de grippe virulente pour la FRANCE cet hiver !

Publié le par ryback

Comme nous l'avons souligné dans un article précédant du blog (cliquez ici et aussi là), il semblerait que notre crainte pourrait se confirmer car selon une dépêche AFP, ce serait environ 4 millions de cas de grippe qui sont prévus cet hiver en France, soit "une épidémie relativement forte" selon les projections du réseau Sentinelles-Inserm.

Il est bien évident que nous ne serons pas dans une phase pandémique, donc rien à voir avec un virus pandémique comme le H5N1.


Une image des cas de grippe pouvant frapper la FRANCE cet hiver ?

forte-grippe.JPG

 

Le modèle utilisé vise à prédire la taille des épidémies à venir, comme ce fut le cas l'année dernière avec "2,1 millions de cas observés pour 2,2 millions de cas prédits", relèvent-ils lundi dans le dernier bulletin hebdomadaire du réseau.

"A l'exclusion de la survenue d'une éventuelle pandémie, en faisant l'hypothèse que le virus prédominant sera le A/H3N2 qui a circulé en Australie en juillet et août 2007 et que l'oscillation climatique prévue entre septembre et décembre 2007 sera entre neutre et froide modérée, notre modèle prévoit une taille épidémique en France durant la saison grippale 2007-2008 de 4 millions de cas, avec une fourchette allant de 3,2 à 4,7 millions, soit une épidémie relativement forte", notent ainsi Camille Pelat, Antoine Flahaut et Thierry Blanchon du centre collaborateur de l'OMS pour la surveillance électronique des maladies (Paris).

Le vaccin contre la grippe de la saison hivernale 2007/2008 sera disponible dans les pharmacies à partir de vendredi.

source:
AFP

Commenter cet article

thibaud 26/11/2007 23:54

bonjour comme vous le savaient h5n1 est capable sur un etre humain ou un porc de se recombiner avec h3n2 de la grippe tradditionnel d'échanger les matériaux génétique et les ARNS et de donner naissance a une nouvelle forme d'h5n1 totalement immunisé qui engendreré alor le debut de l'éffroyable tant redouté et qui tot ou tard finira de toute facons par arriver que on le veuille ou non............et si cela arrivée cet hiver??? question stupide?? je ne pense pas et je vais vous expliquaient pourquoi!!! : si cet hiver 2007/2008 cette épidémie de grippe relativement sévère deferle sur les 4 millions de cas infectés des gens prendrons forcément l'avion et iron dans des endroits ravagé par le h5n1 et par malchance le contracteron il y aura alor co-infection et le terrible scénario décrit plus haut se produira!!! cela peut aussi se faire sur un porc mais les risque sont moindres car les cochons ne prennent pas les transports en commun xD!!! BREF si une pandémie voyé le jour cet hiver je n'en serais guère surpris d'autant on sous estime beaucoup ce virus on désinforme énormément les médias font silence et endorme les gens à tel point que les populations prenne h5n1 pour un rhum FATAL ERREUR!!!!!!!

Dan 03/10/2007 11:34

lu dans la presseLa vaccination contre la grippe saisonnière ne diminuent pas vraiment la mortalité chez les personnes âgées. COMME chaque année, le retour de l'épidémie de grippe saisonnière s'accompagne de violentes critiques sur l'efficacité du vaccin. Cette fois, c'est Lone Simonsen (Instituts nationaux de santé, Bethesda) qui, dans The Lancet du 25 septembre 2007, enfonce à nouveau le clou. Depuis les années 1960, les autorités sanitaires américaines et l'Organisation mondiale de la santé ont ciblé, pour la vaccination grippale, les personnes âgées. Aux États-Unis, alors qu'en 1980 seuls 15 % des plus de 65 ans étaient vaccinés, ils étaient plus de 65 % dix ans plus tard. Et pourtant, la preuve scientifique de l'efficacité du vaccin pour réduire la mortalité grippale dans cette tranche de population reste à faire. Il est même à craindre qu'on ne l'aura jamais ! Des essais comparatifs entre un placebo et le vaccin ont montré leur efficacité chez les plus jeunes en bonne santé, mais pas chez les seniors de 70 ans et plus, qui ont des facteurs de risque. Or ce sont eux qui meurent le plus : les hommes et femmes de 80 ans ont 11 fois plus de risques de mourir d'une conséquence de la grippe que les 65-69 ans. Une étude épidémiologique américaine publiée en 2005 dans les Archives of Internal Medicine avait établi que 76 % des morts de la grippe survenaient chez les plus de 70 ans, et 55 % de ces morts se concentraient sur les plus de 80 ans.  Une mortalité difficile à évaluer Malgré l'augmentation de la couverture vaccinale des personnes âgées, la mortalité observée (par rapport aux morts attendus pendant l'hiver) a même augmenté entre 1980 et 1990 ! Il faut dire que le poids exact des morts de la grippe est difficile à apprécier. On peut prendre pour de la grippe ce qui est en fait dû à d'autres virus respiratoires que les virus influenza. La grippe n'est souvent qu'un facteur morbide qui va déclencher des pneumonies bactériennes de surinfection, ou décompenser une maladie cardiaque sous-jacente qui emporte le ou la malade. Et ces morts-là ne sont pas comptées comme dues à la grippe. Un « truc » statistique consiste donc à mesurer l'excès de mortalité toutes causes confondues, par rapport à un nombre de morts attendus pendant la période grippale. Avec cet indicateur, la grippe, depuis la grande pandémie de 1968, ne tue « que » 5 % des 600 000 Américains mourant chaque année entre décembre et mars. Or, selon les tenants de la vaccination, les études de cohortes de vaccinés de plus de 65 ans montreraient que le vaccin réduit de 50 % le risque de toute mort hivernale. Conclusion de Lone Simonsen : « Que le vaccin antigrippe soit capable d'éviter 10 fois le nombre de morts attribuées à la maladie est complètement invraisemblable. » Par ailleurs, une étude néerlandaise de 1992 avait constaté une diminution de l'efficacité du vaccin avec l'âge : de 57 % chez les 65-69 ans, elle passait à 23 % chez les plus de 70 ans, du fait du vieillissement de l'immunité. En 2005, le Dr Tom Jefferson (Cochrane Vaccine Field, Rome) avait étudié 64 études internationales représentant 96 « saisons » de grippe et 2,5 millions d'observations. Sanction sans appel : quels que soient les populations, les critères cliniques, et toutes études confondues, l'efficacité globale du vaccin sur les maladies grippales n'est que de 23 %. Et chez les personnes de plus de 65 ans, les vaccins sont inefficaces contre les syndromes grippaux, les pneumopathies, et ne diminuent pas la mortalité respiratoire. Mais maintenant que la vaccination est recommandée partout pour les personnes âgées, quiconque proposerait un essai comparatif en double aveugle entre le placebo et le vaccin aurait bien du mal à le faire passer auprès d'un comité d'éthique...dans le figaro du 1 /10

ryback 04/10/2007 19:26

Cet article est intéressant. Maintenant,  je pense que l'on peut éventuellement  penser que le remède s'il est pire que le mal est toujours pieux que rien. En gros, si un vaccin protège plus qu' un placébo, ce sera toujours le vaccin qui sera choisi même si son action est criticable voir injustifié certaines fois ........

etienne 26/09/2007 09:46

Le vaccin prend t il en compte  les évolutions des virus grippaux de l'hémisphère Sud ?  Je ne le pense pas !

ryback 26/09/2007 19:08

Je ne le pense pas car ce vaccin est mis au point depuis plusieurs mois, mais je vais me renseigner.