INDONESIE: Ou lorsque la fiction devient réalité.

Publié le par ryback

Voici une traduction d'une lettre publiée dans le Jakarta Post il y a 3 jours.

Une personne bien intentionnée et résidant à proximité des lieux où résidaient les précédentes victimes découvre un oiseau mort dans sa propriété. Elle se demande bien ce qu'elle doit en faire au vu des derniers décès, elle va donc entamer un véritable marathon téléphonique qui laisse vraiment perplexe sur la situation dans ce pays à assurer une gestion correcte jusqu'au niveau de certains villages.

Traduction machine puis remise en forme pour une meilleure compréhension:

Le 26 août 2007, j'ai trouvé un oiseau sauvage mort en ma cour. J'habite à Bali près du secteur où des décès par la grippe aviaire se sont produits.

Etant inquiet du risque possible lié aux oiseaux morts, j'ai essayé d'entrer en contact avec des autorités pour me guider sur la façon de gérer ce problème.

J'ai essayé d'atteindre l'hôpital principal de Bali ( Sanglah ) et la réponse a été de venir dans leur établissement si je ressentais des symptomes mais personne n'a pu me donner une conduite à tenir concernant ce volatile.

Ensuite, j'ai appelé le 110, le numéro de la police,  il n'y a eu aucune réponse. J'ai essayé alors avec la santé et les départements de la santé animal (peut être les vétérinaires ?) : encore aucune réponse.

J'ai alors appelé un journaliste mais qui n'a pu me donner des infos sur une quelconque règle à suivre ni un numéro de téléphone.

J'ai pris contact avec le responsable de mon village (dans la région de Kerobokan) et sa réaction a été la suivante: « L'enfouissement de l'oiseau, il n'y a pas de problème. » Comment le saurait-il ?

Par la suite j'ai obtenu, par un ami, le téléphone personnel d'un docteur assez gentil pour me mettre en  contact avec deux personnels du département animal qui sont venus à ma maison pour examiner cet oiseau.

Je crois que les personnes du gouvernement  qui sont concernées par ce problème de grippe aviaire avaient mis en place un centre de secours ou un centre d'appel pour communiquer l'information au grand public. Il n'en est rien !

La grippe aviaire est un problème très sérieux qui exige un effort important des fonctionnaires pour qu'ils réduisent au maximum les risques liés à sa propagation.
 
J'espère que cette lettre aura "des extensions" pour qu'une réactivité plus importante soit effective. Mais principalement j'attends que cette lettre occasionne une pression importante sur les responsables pour les forcer   à prendre des mesures immédiates en conformité avec les recommandations du gouvernement indonésien et de l'OMS.

Note ryback: Bien que ce courrier ne puisse pas être vérifié, le simple fait que le journal publie une telle lettre peut nous interpeller. En espérant que ce courrier entraine une prise de conscience de certains responsables de ce pays.


source: forum influenza h5n1 via
http://www.thejakartapost.com/detaileditorial.asp?fileid=20070829.F07&irec=6

Publié dans H5N1 EN ASIE

Commenter cet article

test 29/08/2007 22:33

test